Semaine 33: Voler

Ballons en Chartreuse

© Raphaël Charuel – Ballons en Chartreuse


– À huit voix contre trois, c’est Raphaël qui montre sa photo de Ballons en Chartreuse aujourd’hui! Reportage au pied de la Dent de Crolles!

 

Voler a toujours été le rêve de l’être humain, Icare en est l’illustration, vue par la mythologie grecque. C’est d’ailleurs lui qui donna son nom à la coupe internationale de vol libre, la plus grande mondiale rien que ça, qui se déroule chaque année à Saint Hilaire du Touvet. C’est l’occasion d’y voir un rassemblement de parapente acrobatique, et aussi de ballons.

Les Montgolfières dérivent comme vous le savez des frères Montgolfier, cocorico, qui envoyèrent en l’air le premier aérostat du nom en 1782. Mais il y aurait eu avant plusieurs démonstrations du même type, comme Bartolomeu Lourenço de Gusmao et Kriakutnoï, ce dernier serait fictif, le renvoyant à un équivalent de Tintin avec sa fusée pour aller sur la Lune. Cela dit, il est plus commode que l’histoire se soit déroulée ainsi, vous imaginez, s’il avait fallu appeler ça des kriakutnoïdes ou des degusmaoptères? Juste après leur invention, c’est Jean-François Pilâtre de Rozier qui inventa la Rozière, sorte de ballon hybride à air chaud et enveloppe de gaz, à bord de laquelle il se tut en 1785 à cause de la présence de ce gaz, l’hydrogène. Boum! C’est d’ailleurs le même problème qui poursuivra les dirigeables, lancés d’abord en France, cocorico-2, puis bien plus tard en Allemagne qui dominera alors technologiquement ce mode de transport avec certaines liaisons transatlantiques.

L’aérostat est aussi un élément phare de l’univers steampunk, des visions futuristes qui ont succédé aux progrès industriels du XIXe siècle. Jules Verne fait apparaître des ballons dans plusieurs de ses romans, quand Nadar avait déjà expérimenté la photo aérienne en 1858 à bord d’une montgolfière à bord de laquelle il fut illustré. Le dirigeable alimenta des rêves de transports mais aussi militaires: les américains testèrent des vaisseaux, à l’hélium cette fois, en tant que porte-avions aériens ou navires-espions! La France a tout de même été pionnière dans le transport sur ces aérostats en tous genre. On peut encore citer Bertrand Piccard qui en 1999 parcouru un tour du monde à la dérive d’un peu moins de 20 jours! Quatre fois moins que Phileas Fogg!

Mais nous nous égarons, et alors nous oublions ce curieux aérostat sur la photo, une chenille ou une coccinelle?

On ne sait pas vraiment… Mais elle a l’air ravie de nous dire de nous envoler pour le week-end! Merci pour votre participation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *