Semaine 69: Sens Dessus-Dessous

©Raphaël Charuel - Sens Dessus-Dessous

©Raphaël Charuel – Des wagons, en bazar, Sens Dessus-Dessous

– Parce que pour vous, vous pensiez que cela s’écrivait comment? “Sans” Dessus-Dessous? Bien tenté! Mais il est un non-sens, ou vide de sens, d’écrire sans sans sens, bien que ce soit de sens qu’il s’agisse, ce sens ne venant pas du sens, ni de Sens, des sens, ou même d’essence, mais de c’en (ce en dessus dessous). Une preuve que même pour la semaine 69, on ne vous la met pas à l’envers! Certes, ceux qui nous suivent assidument auront bien remarqué que ce titre a déjà été utilisé il y a quelques temps. Mais bon, pour ce numéro, avouez que c’était tentant.

Cette photo de mine, de Raphaël, met en évidence de vieux wagonnets laissés à même le sol, apparaissant comme pétrifiés dans un cocon de calcite.

Une mine d’asphalte

Que les choses soient claires: l’asphalte naturel n’est pas celui que l’on voit sur les routes, bien qu’il entre dans la composition des enrobés et de nombreux revêtements. Il est connu depuis les Grecs (sous le nom d’asphalto), pour permettre d’étanchéifier des ouvrages et des bâtiments. Hormis ces applications, l’asphalte était aussi utilisé dans la production de poix, un distillat collant qui permettait d’étanchéifier les navires, la momification, l’épilation, et donnait matière à attaquer ses adversaires au Moyen-Âge.
Les asphaltes, composés pétrolifères lourds, se trouvent là, dans les parois, mais enfermés dans les marnes calcaires. On parle alors de calcaires asphaltiques. La matière extraite nécessitant une importante transformation chimique, c’est pourquoi les exploitations d’asphaltes sont des mines. Ces roches sont enfermées dans les montagnes des Alpes, d’où une extraction relativement intensive dans la région, au plus tard jusqu’au milieu du XXe siècle, moins rentable que d’autres gisements, et bien sûr très polluante.

Pétrifiés

Comme le témoigne le matériel sous nos yeux, les roches étaient sortis en petits blocs entassés dans les bennes de wagonnets en voie de 50 centimètres d’écartement. Voyez aussi leurs chassis: ils sont tous ouvragés de manières différentes, témoignant de différents constructeurs, mais aussi de différentes époques. Comme quoi, même au sein d’une catégorie resserrée d’objets, on arrive à trouver des singularités. Probablement mis au rebut dans un coin reculé de la mine au moment de sa fermeture, les wagonnets ont été sujets à la corrosion, et à l’eau suintant des parois. Alors se dépose la calcite, nous vous avions expliqué comment se forment les concrétions ici, ou là! C’est ainsi que la couche de calcite a tout recouvert, les parois comme les objets, et les wagonnets qui traînaient là.

Quant à nous, nous n’allons pas attendre de concrétionner sur place avant de partir en week-end. Alors bon week-end, à la semaine prochaine, et merci encore pour votre participation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *