Exposition : Tables et Festins, l’exposition qui nous donne faim !

Photo illustrant l'article sur l'exposition Tables et Festins au couvant Ste Cécile à Grenble. Cette photo et cet article ont été réalisé par la Boîte A2, l'agence photo des entreprises de Grenoble, Rhône-Alpes et d'ailleurs.

Ce week-end à Grenoble il a plu sans trêve… Et quand il pleut c’est le meilleur moment pour une exposition ! Armés de notre plus beau parapluie nous nous sommes donc rendus au couvent Ste Cécile, siège des éditions et de la fondation Glénat pour aller admirer son exposition Tables et festins, l’hospitalité dans la peinture flamande et hollandaise et la bande dessinée.

Déployée en une trentaine de tableaux flamands et hollandais du XVIIe siècle et autant d’œuvres réalisées spécialement par des auteurs de bandes dessinées ; l’exposition nous invite à la réflexion autour du thème de l’hospitalité grâce à la mise en perspective de ces deux médiums “raconteurs d’histoires”.

Pari réussi pour Glénat !

L’exposition démarre de façon chronologique, nous présentant d’une part la peinture flamande catholique et de l’autre hollandaise protestante. Ces tableaux, majoritairement des travaux de commande à destinations des nouvelles classes aisées, devaient à la fois répondre aux critères de l’hospitalité mais aussi aux dogmes religieux du moment. L’invité pouvait ainsi, d’un simple coup d’œil, savoir dans quelle maison il entrait. De ce fait les tableaux nous apparaissent tantôt avec une richesse inconvenante de nourriture, tantôt avec des mets frugaux mais présentés dans une vaisselle raffinée. En effet la religion se durcissant sur la représentation du repas, plaisir jugé trop terrestre et primitif, l’hôte représenta sa richesse dans le luxe et la rareté des mets plutôt que dans sa quantité.

Cette première partie était pour nous, photographes amoureux de la lumière, un moment de pur plaisir, les tableaux étant extraordinaires de réalisme sur les reflets lumineux de la vaisselle comme sur la texture des poissons et fruits. Franchement je vous mets au défi de ne pas en ressortir avec l’eau à la bouche !

 

Coupe de porcelaine de Chine avec huitre, citron et cerise sur un entrablement, Elias van den Broeck

Coupe de porcelaine de Chine avec huitre, citron et cerise sur un entablement, Elias van den Broeck

La deuxième partie, consacrée à la vision de la bande dessinée, se passe dans une autre salle du couvent. C’est le seul bémol de cette exposition, le cloisonnement des deux médiums nous empêchant de les mettre en résonance au premier coup d’œil.

La trentaine d’œuvres issues de la bande dessinée ont étés spécialement conçues pour l’exposition. Beaucoup plus sombres et lourdes de messages pour notre société, elles nous plongent dans des univers étranges et grinçants. Les artistes, de tous âges, pays et de toutes cultures ont eu carte blanche pour revisiter ce thème de l’hospitalité. Ainsi certains se sont réappropriés la nature morte, d’autres s’en sont éloignés afin de mieux la mettre en perspective de notre monde moderne. Mais le message global reste à mon sens pessimiste : les nourritures et points de vue se sont diversifiés, la consommation est devenue reine, laissant peu de place à l’accueil de l’étranger, le sens même de l’hospitalité. Une deuxième partie qui ne laissera personne indifférente.

Enfin l’exposition Tables et festins est accompagnée d’un excellent catalogue d’exposition qui apporte, en plus de l’ensemble des œuvres présentées, de très intéressants articles pour pousser encore plus loin la réflexion sur l’art de recevoir d’hier et d’aujourd’hui.

Je vous recommande chaudement cette exposition qui se terminera le 27 février.

-Pour plus d’information n’hésiter pas aller sur le site du Couvent Ste Cécile.

One thought on “Exposition : Tables et Festins, l’exposition qui nous donne faim !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *