Semaine 31: Sous les Etoiles

Sous les Etoiles

© Claire-Agnès Villeneuve – Sous les Etoiles

-Avec un choix de deux photos très ressemblantes, c’est l’image du ciel de Claire-Agnès qui s’affiche.

Cette vue n’est pas sans nous rappeler les observations de ciels les soirs de vacances. Décidément, c’est qu’elles nous manquent celles là! À la différence près qu’en cette soirée de septembre il faisait bien froid à 1300 mètres d’altitude! Car avoir un ciel étoilé se mérite: en plus d’un temps dégagé et d’une nuit sans lune, il faudra bien s’isoler de la lumière artificielle des villages. La réserve naturelle des hauts plateaux du Vercors remplit alors bien ces critères, à 45km à vol d’oiseau de la ville de Grenoble, et isolée de toute habitation.

Par des poses longues, les étoiles se dévoilent alors, encore plus nombreuses qu’à l’oeil nu. Parmi elles, un grand amas forme un nuage, la Voie Lactée. Notre galaxie qui, selon une version de la mythologie grecque, résulterait du lait d’Héra surprise par le bébé Héraclès, fils de Zeus. Celle-ci alors indignée aurait repoussé l’enfant, répandant alors le précieux jus dans le ciel. Dans les autres civilisations, arabe, hébreuse, ou chinoise, il est intéressant de noter que ce nuage est toujours considéré comme un fleuve ou un chemin. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que cette expression a été utilisée au sens ga-lactique!

Mais notre galaxie, tout comme le ciel qui l’accompagne, n’a pas la même apparence selon l’endroit du globe où l’on se trouve, ni selon les saisons. Le centre par exemple, appelé aussi noyau ou bulbe central, peut-être observé dans nos contrées entre Avril et Septembre autour de la constellation du Sagittaire (horizon Sud/Sud-Ouest en début de nuit). Ce centre galactique très lumineux est une concentration importante d’étoiles, qui graviteraient selon les observations des astronomes autour d’un gargantuesque trou noir. Appelée Sagittarius A*, une zone d’émission d’ondes captées par les astronomes du VLT (Chili), requiert actuellement l’attention des scientifiques. C’est autour de cette zone mal connue et invisible à l’oeil nu qu’un grand nombre d’étoiles sont en orbite, notamment S2, à 17 heures-lumière du fameux point (18 milliards de kilomètres seulement, quand nous, pauvres humains, dérivons en banlieue de la galaxie, à 27 000 années lumières de cette zone centrale, soit un nombre totalement indécent de kilomètres!). Bref, cette étoile S2, dont nos astronomes perçoivent les évènements ayant eu lieu il y a donc 27 000 ans, tourne autour de la zone Sgr A* en 15 ans, et peut atteindre la vitesse de 8000 km par seconde. Les technologies d’observation ayant grandement évolué, tout comme l’environnement du centre de la galaxie, cette poussée de vitesse est prévisible et pourra être scrutée de près! Quand l’astre poursuivra sa course à 2,5% de la vitesse de la lumière, c’est la théorie de la relativité générale d’Einstein qui pourra être vérifiée par les astronomes. On fait moins les malins avec nos petits 180mm!

Ce qui est intéressant, c’est que cet évènement est prévu pour…2018!

Quant au week-end, il est prévu tout de suite!

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *