Bien réussir une photographie d’intérieur

Tout le monde veut une photo de son chez-soi. Que ce soit pour montrer son quotidien, ou donner des idées de décoration, les images d’architecture intérieure s’imposent. Sauf que lorsqu’il s’agit de la location ou la vente d’un bien immobilier ou même d’un objet simple sur une plateforme en ligne, la qualité d’image doit elle aussi être au rendez-vous. Car les consommateurs se fient de plus en plus à l’image d’un produit, et que bien souvent les photos d’une chambre ou d’une maison à louer s’imposent comme premier critère de choix.
Pour parvenir à cette qualité, pas besoin de posséder le showroom d’une grande chaîne suédoise de meubles, ni d’avoir le dernier boîtier de la marque au nom d’artillerie. Le simple coup d’œil et la technique suffisent.

Commencer par ouvrir volets et rideaux

« Mais les volets fermés, ça donne une ambiance ! En plus la chambre elle sert la nuit, non ? »

Et non, car fermer les volets aux fenêtres nécessitera l’ajout de sources lumineuses, comme… le flash intégré de l’appareil ou du téléphone. À bannir, car d’abord de trop faible puissance, il ne parviendra jamais à éclairer, si ce n’est le cas de façon homogène, l’intégralité d’une pièce. En plus, étant concentré sur un point, son utilisation générera des ombres fort disgracieuses ou pire, l’ombre de l’objectif… ou de vos doigts. Pas terrible donc. Laisser la lumière du jour entrer lui permettra d’inonder toute la pièce, de préférence par temps nuageux ou bien à une heure où les rayons du soleil ne pénètrent pas pour avoir une lumière bien uniforme.
Bien sûr, il est préférable de se placer de dos où de côté par rapport aux fenêtres, car l’intérieur est généralement moins lumineux que l’extérieur. Toutefois, il est possible de palier à ce problème en effectuant ses prises de vue à l’heure bleue, au crépuscule. Alors, la lumière des l’éclairage intérieur s’équilibre avec celui de l’extérieur…

Intérieur pris à l’heure bleue

Attention aux objets perturbateurs

Laisser dans le champ la magnifique toile cirée authentique n’est pas forcément une bonne idée : comme les draps de lit, il s’agit de matières formant des plis et donc des ombres qui risquent d’attirer le regard. Une surface non revêtue, lisse, ou bien recouverte d’un tissu suffisamment lourd sera donc plus esthétique.

Intérieur d’un salon pris au ras des meubles

 Bien respecter la verticalité

Il faut toujours se rappeler que le spectateur doit avoir la meilleure perception possible des volumes et de l’architecture. Voici un conseil pour éviter de se croire dans l’une des pyramides de Gizeh. L’appareil de prise de vue doit être parallèle au sol, tant dans la largeur pour que l’image soit bien droite, que dans la profondeur afin de conserver des murs bien verticaux. Il est aussi important de ne pas hésiter à adopter un point de vue autre que la taille humaine, essayez par exemple de vous placer au ras des meubles!
L’utilisation d’un trépied s’avère alors nécessaire pour maintenir l’appareil bien droit et cela lui donnera plus de stabilité, évitant d’obtenir des images floues.

D’accord, mais c’est valable sur des salons de 50 mètres carrés, comment je fais pour ma salle d’eau ?

Pour le rendu des petites pièces, c’est un peu plus complexe. Pour pouvoir cadrer la totalité de la pièce dans le cadre, il faut utiliser une optique grand angle, c’est-à-dire un objectif dont la distance focale est inférieure à 24mm. Or, ce genre d’optique peut générer des distorsions, déformation des objets les plus proches de l’appareil. De plus, c’est un équipement onéreux. Le mieux est de se concentrer sur une partie de la pièce la plus représentative, tout en conservant les lignes verticales, en s’éloignant le plus possible. L’ambiance sera alors restituée.

Salle de bain avec le plus de recul possible

  

Il peut aussi être intéressant de jouer avec les reflets pour restituer les volumes.

Décentrer le sujet

Enfin, un sujet décentré aura beaucoup plus d’impact. Un objet centré tranchera trop et le regard ne prendra pas en compte la scène autour. Le décentrer selon la règle des tiers ou le nombre d’or permettra d’apporter considérablement une harmonie dans l’image. Il s’agit de décaler le centre de l’image vers le haut ou vers le bas, vers la gauche ou la droite en pivotant l’appareil ou en se déplaçant. Ce mouvement modifiera l’emplacement des lignes de fuite, directrices du regard. Une composition avec des diagonales apportera une image plus dynamique.

   

Quoi qu’il en soit, réussir un cliché d’intérieur, c’est mettre en valeur son architecture et les objets qu’il contient tout en conservant les proportions en privilégiant la verticalité et la lumière naturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *